Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 00:21


Le Coran lui-même n’interdit pas explicitement les images

Mais cet interdit est fréquemment rencontré dans la littérature des traditions, qui s’appelle hadith. D’une façon stéréotypée, on dit que "des anges ne peuvent pas pénétrer dans des maisons où se trouvent un chien, une image ou une personne impure". D’autres textes racontent que Mohamed (saw) interdisait de fabriquer des images ou de les conserver chez soi. Très vraisemblablement, l’interdit des images ne fut adopté en Islam qu’entre 675 et 725 de notre ère, après la mort du prophète. Par la suite la fabrication d'images n’était pas seulement perçue comme une violation de la transcendance d’Allah, mais aussi comme une témérité (hybris) humaine. Car fabriquer des images, c’est créer. Et créer, c’est l’oeuvre d’Allah. Le Jour du Jugement, on demandera aux personnes qui ont fabriqué des images au cours de leur vie de leur insuffler la vie. S’ils en sont incapables, ils seront alors envoyés en enfer. Pourtant, toutes les sources de hadith ne sont pas si rigoureuses en ce qui concerne l’interdiction des images. Des témoignages atteste que les images des êtres vivants étaient interdites sur les murs et les rideaux, mais autorisées sur les coussins et les tapis. Les images dont la tête manque, ou celles dont le corps était troué étaient également tolérées.

(précisions trouvées sur ce forum)

"Les images dont la tête manque, ou celles dont le corps était troué étaient également tolérées."

C'est bon pour l'homme sans tête ça...

"on demandera aux personnes qui ont fabriqué des images au cours de leur vie de leur insuffler la vie. S’ils en sont incapables, ils seront alors envoyés en enfer. "

Bon ben ça encourage à faire des dessins "vivants"!





Partager cet article

Repost 0
Published by Thibault Balahy - dans carnets
commenter cet article

commentaires

Groseil 10/09/2008 20:48

Merci pour ce sujet très intéressant à aborder en histoire de l'art. C'est une problématique que l'on retrouve parfois dans l'art contemporain qui joue sur les limites de la représentation.

Thibault Balahy 10/09/2008 21:00


Hé hé on prépare ses fiches? Oui, c'est une question riche et ancienne. Nous avons aussi ça dans notre propre tradition à l'époque byzantine c'était la guerre entre
les iconostases (pour) et les iconoclastes (contre). Le bouqin de Régis Debray ("vie et mort de l'image" est plutôt complet sur ce thème de l'image, de l'icone à l'écran vidéo. Maintenant nous
sommes noyés sous nos hersatz et avatars (téléphone portable, internet, vidéo-surveillance). C'est du Narcisse 24 sur 24!


lapin 10/09/2008 12:44

comme quoi on est né au bon endroit au bon moment…

Thibault Balahy 10/09/2008 16:27


Oui et en même temps l'art arabe a développé un art géométrique et abstrait monumental. Mais mon désir de figures (jusqu'à l'absence de figure) serait terriblement
frustré, c'est sûr. Ca fait penser à la problématique de Soutine, Pascin, Chagall...