Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 22:00

 

Le plein et le vide

On a l'habitude de concevoir le dessin de façon positive. On pose des choses sur la feuille, des signes qui vont donner à voir, se montrer. Il faut aussi intégrer un élément subtil : ce que l'on ajoute au blanc du papier laisse des blancs, des réserves. S'il y a forme, il y a par conséquent contre-forme. Il faut également prendre celle-ci en considération pour dessiner par le vide. A quoi vont ressembler ces contre-formes? Quelle est la forme que mes vides laissent? On peut améliorer un dessin en l'examinant sous ces deux paramètres.

C'est l'exemple connu de la gestalt theorie (théorie de la forme) avec le vase de Rubin composé de deux profils face-à-face. Si on voit l'un on ne voit pas l'autre mais il n'empêche que l'un ou l'autre est là en creux. Ce "creux" qu'on voit rarement mais sans qui on ne verrait aucune figure se dessiner sur un fond, il faut apprendre à le voir et faire avec. Cela demande un effort au début, mais une fois intégré je pense que c'est un facteur très important pour bien composer un ensemble. Ainsi les parties ne s'accumulent pas mollement par défaut pour construire l'ensemble mais se complètent comme les pièces d'un puzzle.

 

174px-Cup_or_faces_paradox.svg.png

Cela concerne un forme unique posée sur un fond, si ses contours sont découpés de façon dynamique, cela crée une tension intéressante avec la contre-forme qui la ceinture, les deux se font écho. Mais c'est important aussi quand deux formes se jouxtent ou encore trois, quatre... Jusqu'au all-over, chez Keith Haring par exemple, où on voit un agencement dynamique et des pleins et des vides.

river1.jpg

river2.jpg

 

Autre approche, dessiner littéralement par le vide en remplissant l'espace autour d'une figure, soit totalement soit partiellement. Ce qui est un bon exercice pour prendre conscience de ce fameux creux et de sa valeur.

plein-vide.jpg

 

 

"Trente rayons convergent vers un seul moyeu; c'est sur le trou du centre que dépend l'utilité de la charrette.

Nous fabriquons un récipient à partir d'une motte d'argile; c'est l'espace vide dans le récipient qui le rend utile.

Nous fabriquons des portes et des fenêtres pour une pièce; mais ce sont ses espaces vides qui rendent la pièce habitable.

Ainsi, bien que le tangible ait ses avantages, c'est l'intangible qui le rend utile." Extrait du Tao Te King, Lao Tseu.


Partager cet article

Repost 0
Published by Thibault Balahy - dans dessin
commenter cet article

commentaires