Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 09:40

P1090441.JPG

P1090442.JPG

 

Guy Debord a très bien expliqué comment la société du spectacle divertissait et distrayait (de l'essentiel) le citoyen spectateur / consommateur. Comment la mise en scène, l'image, le jeu, les dispositifs de monstrations, sont là pour qu'on oublie le caractère même d'artifice de ce que l'on nous montre jusqu'à ce que ça en devienne "réel".

On est un peu comme des lapins hypnotisés par la lumière des phares ou comme des insectes attirés par la lumière qui les brûle.

Si l'on a été très longtemps dans de "l'entertainment", trop habitué et désensibilisé par une imagerie récréative, ludique comment imaginer la suite? Quand une drogue n'est plus assez puissante on en change les doses ou on passe à une substance plus dure.

On peut, sans être prophète, prévoir non plus du spectacle, mais une réalité spectaculaire, où tout participe à plonger l'individu dans l'effroi. On passe peu à peu du théatre et du cirque (récréatif, représentation, fiction) aux jeux du cirque (non plus fiction ni représentation mais présentation directe de la réalité d'une mise à mort). Le spectacle ne reproduit plus la réalité, la réalité elle-même devient spectaculaire, terrible, effroyable.

Ce serait une société de l'effroi où chaque élément de la société serait maintenu par une architecture de la peur. Où l'individu en serait réduit à un instinct de conservation primaire, comme un chien battu à mort  et affamé.Ce serait la mise à mort de la réalité telle que nous la connaissons, alors tout prendrait l'allure d'un mauvais cauchemar.

 

Ah... Ok. On me dit que le spectacle a déjà commencé.

 

ps : si vous connaissez des textes sur ce durcissement du "spectacle", sur ce glissement de la réalité vers un terrorisme de masse, d'un auteur qui aurait pensé une "continuation" de Debord je suis preneur.

 

 

 

 

 Est-ce qu'il n'y a qu'Eric Cantona pour le dire à voix haute?

(Merci à lui, on se sent moins seul)

 

http://www.lepost.fr/video/2010/01/05/1872089_cantonna-on-nous-encourage-a-devenir-des-mafieux-on-vit-dans-un-etat-completement-mafieu.html

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thibault Balahy - dans carnets
commenter cet article

commentaires

Philippe 19/08/2010 09:50


"Le spectateur émancipé" de Jacques Rancière, aux éditions La Fabrique. "Révolte consommée, le mythe de la contre-culture" de Joseph Heath et Andrew Potter, chez Naïve. "Pour l'abolition de la
société marchande pour une société vivante" de Raoul Vaneigem, Rivages Poche. Empruntables à l'autre bout de la rue.


Thibault Balahy 19/08/2010 11:30



Merci Philippe pour ces conseils de lecture.



Lucas 18/08/2010 22:22


Salut,

je suis en train de lire "la théorie du bloom", du collectif Tiqqun (les personnes à l'origine de "l'insurrecion qui vient"), dans lequel ils reprennent à leur compte et étendent le concept de
Spectacle de Debord. Très intéressant, même si parfois un peu obscur.


Thibault Balahy 18/08/2010 22:47



Merci Lucas pour le tuyau. Je ne connaissais pas.


Je viens de lire quelques infos sur wikipedia, apparemment ça va bien au-delà de Debord, dans le sens d'un passage éventuel à l'action. Je ne suis pas extrême à ce
point, mais il doit y avoir là-dedans matière à réfléchir. Je pencherais plutôt pour une prise de conscience massive ( à l'échelle du bourrage de mou des mass-media) menant à un mouvement
non-violent. Je suis peut-être idéaliste...



Quentin 16/08/2010 10:11


Debord est unique parce que l'époque l'était. Tu as vu ces films ? "Hurlement en faveur de Sade" ? Terrible... J'ai lu un chouette bouquin de Normand de Baillargeon cette année : "traité
d'auto-defense intellectuelle". Sinon Chomsky, sous ses airs gentillet, en appelle quand même à l'auto-gestion (aux USA ça vous condamne normalement à la mort sociale...)


Thibault Balahy 16/08/2010 10:18



Merci Quentin. J'avais entrevu un de ses films sur la société du spectacle et son propos était super juste et clair-voyant (il parlait déjà de ce qu'on vit
aujourd'hui) sur le très bon site ubuweb.


Oui Chomsky, j'en ai entendu parlé, il faudra que je prenne le temps d'étudier son point de vue. Je me souviens de ta réaction à propos du sujet arte sur l'art
contemporain et ses dérives financières. Ton écoeurement est légitime, il faudrait que tout ça change (enfin).